Histoire de l'outil monétaire 

 

« Celui qui ne connaît pas l'histoire est condamné à la revivre. »

 

Participez à rappeler les faits historiques sur la monnaie pour étendre le savoir collectif : Contact

Les informations de ce site, sont fournies bénévolement à des fins informatives,sans garantie
de parfaite exactitude, d’exhaustivité ou d’adéquation à tout langage commun.

 

 henry ford citation

 

  • En 2022, la monnaie Eco devrait remplacer le franc CFA. [x]

  • Le 7 septembre 2022, la Banque Centrale Européenne (BCE) augmente à nouveau ses taux directeurs pour passer à de 0% à 0.75%. De l'autre côté de l'Atlantique la réserve fédérale se situe alors entre 2.25 et 2.50%. [x]
  • Le 21 juillet 2022, la Banque Centrale Européenne (BCE) augmente ses taux directeurs pour la première fois depuis 2011. La valeur passe d'abord de -0.5% (taux négatif) à 0%, puis une augmentation progressive étalée sur l'année. La baisse des taux directeurs ont pour effet de ralentir les crédits des ménages tout comme l'endettement des pays. L'objectif serait de lutter contre l'inflation en partie importée de part la guerre en Ukraine et ses conséquences en pénuries d'énergie et d'alimentation [x]
  • Le 16 novembre 2021, la Banque Centrale Européenne (BCE) fait un communiqué annonçant que l'inflation a atteint son plus haut niveau depuis 13 ans et que l'inflation pourrait augmenter encore dans une spirale prix-niveau de vie appelé en économie "effet de second tour". Ces prévisions sont faites 3 mois avant la déclenchement de la guerre en Ukraine accusée d'être la cause de l'inflation. [x]
  • Le 3 octobre 2021 sont publiés les leaks des Pandora Papers. Une fuite de 11,9 millions de documents d'évasion fiscale entre 1970 et 2020 pour 14 sociétés offshores incriminant le roi d'Espagne, celui de Jordanie, des anciens 1er ministres comme Tony Blair au Royaume-Uni, Laurent Lamothe en Haïti, Berlusconni ancien président italien, ou aussi des milliardaires comme Pierre Castel, ou encore Ringo Starr des Beatles, ainsi que le patron de presse et homme d'affaire le plus riche de France, ou encore Elton John, Pep Guardiola, ou Shakira. [x]

  • En mars 2021, l'e-yuan (e-CNY) est opérationnel sur les téléphones pour les citoyens chinois. Les e-yuans peuvent être stockés dans un wallet développé par le gouvernement chinois, mais ils sont également disponibles dans WeChatPay et AliPay, les deux principales applications de paiement du pays. Un document publié en juillet 2021 par la Bank of China explique que les paiements seront plus sécurisés, grâce à « un éventail de mesures, dont des systèmes de certificats digitaux, des signatures électroniques, et un système de stockage chiffré, pour faire en sorte que les doubles paiements, les duplications illégales, les contrefaçons et la falsification de transaction impossible.» Enfin, et c’est l’un des éléments les plus importants de ce système de paiement : le contrôle de la population. Toutes les transactions effectuées par les utilisateurs seront consultables par la banque centrale chinoise, et dans un pays où le gouvernement détient déjà un énorme pouvoir sur ses habitants, cette nouvelle couche de contrôle n’est pas du tout un détail. [x] [x]
  • En février 2021 est lancée le projet pilote d'e-krona, une monnaie numérique de banque centrale en Suède. [x]

Lancement des monnaies numériques de banque centrale

  • En octobre 2020, la Banque centrale européenne (BCE) a publié un rapport sur l’euro numérique visant à consulter les parties prenantes, y compris le grand public, sur son projet d’euro numérique. Lancée à terme dans la zone euro, cette forme de monnaie serait disponible pour les paiements de détail (c’est-à-dire pour les dépenses courantes des particuliers et des entreprises). Elle s’inscrit dans le contexte de développement de projets similaires de part le monde. [x]
  • Le 4 juin 2020, le plan nommé Pandemic Emergency Purchase Programme (PEPP) initiallement de 750 milliards d'euros est alimenté par 600 nouveaux milliards d'euros. Le 10 juin 2020, 500 nouveaux milliards d'euros seront créés ex-nihilo. Ces méthodes sont dites non-conventionnelles pour remédier à la crise et qui n'aurait pas pour but d'amplifier un phénomère de bulle. [x] [x] [x] [x]
  • En mai 2020, contrairement aux achats de pétrole instantanée au court actuel (prix spot), les achats de pétrole de façon différés au court futur (contrat à terme) ont été impactés par la saturation des stockages et les spéculations sur le ralentissement de l'activité économique. Le prix du pétrole de type West Texas Intermediate est descendu jusqu’à -40,3 dollars dans la journée du 20 mai.

  • En mars 2020, le Krach boursier de 2020 est lié au ralentissement de l'activité économique suite à la propagation du corana virus Sars-Cov2 et à des désaccords sur les prix du pétrole entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et la Russie. [x]
    La directrice générale du Fonds Monétaire International Kristalina Gueorguieva annonce que l'économie mondiale entre officiellement en récession.

  • Le 19 janvier 2020 sont publiés les Luanda Leaks. C'est 715 000 documents pour révéler la manière dont Isabel dos Santos a amassé sa fortune au détriment du peuple angolais. Trois jours après le gestionnaire de fortune personnel est retrouvé mort dans son garage à Lisbonne. [x]

  • Au printemps 2017, la monnaie libre numérique ğ1 (prononcer june) est lancée par Stéphane Laborde et d'autres personnes. Stéphane Laborde étant grand amateur de mathématiques et d'échecs, a conçu la théorie relative de la monnaie (TRM), expliquant le principe de répartition du résultat de la fonte de cette monnaie via un dividende universel (DU). Cette répartition a pour effet de limiter les inégalités fiscales.

Lancement en France d'une monnaie fondante répartitrice (monnaie libre)

  • Le 1er octobre 2016, le yuan ou rénminbi (RMB) fait désormais partie des droits de tirages spéciaux ou DTS. 1 XDR est composé de 10,92 % RMB entre 2016 et 2022. [x]

  • Le 8 juin 2016 est votée la directive européenne dite du secret des affaires a pour but d'assurer au entreprises la protection des informations à valeur commerciale au sein de l'union européenne. Cette loi ne protège pas les lanceurs d'alerte.

  • Le 3 avril 2016 sont publiés les leaks de Panama Papers. Une fuite de de 11,5 millions de documents sur 214 000 sociétés offshores notamment Mossack Fonseca.
    Sont mêlés dans cette exil fiscal des personnalités comme Jérôme Cahuzac, le milliardaire Patrick Drahi, des proches de la famille Le Pen, le Cheikh émirtati, le président d'Ukraine, le roi d'Arabie Saoudite, le premier ministre islandais, un ancien président du Soudan, le président argentin, l'émir du Qatar, un ancien premier ministre de Géorgie, d'Irak, ou encore de Moldavie. Au Royaume-Uni David Cameron et sont père avait des fonds concernés, le beau-frère du président chinois Xi Jinping également. Ainsi que le fils du président malaisien, les enfants du premier ministre pakistanais, les enfants du président azerbaïdjanais, le cousin du président syrien, le neveu du président sud-africain, le petit-fils du président kazakh et le secrétaire personnel du roi du Maroc. En dehors des personnalités politiques sont cités Michel Platini, Jackie Chan, ou le réalisateur Pedro Almodóvar. [x]
    Pour avoir une idée de la proportion de la parie immergée de l'iceberg, selon Reuters en 2012, près de 32 trillions de dollars sont encore cachés dans les paradis fiscaux. [x]
    Soit environ 40 fois la somme de fonds déclarés. Oxfam révèle régulièrement la concentration des inégalités : 26 multi-milliardaires possèdent autant de richesse que la moitié de l'humanité en 2019. [x]

  • En novembre 2014 est révélé le scandale des LuxLeaks par le lanceur d'alerte Antoine Deltour.
    Le président de la commision européen et ancien premier ministre du Grand-duché du Luxembourg, Jean-Claude Juncker, affirme n'avoir jamais donné d'instructions sur aucun dossier particulier. Cependant, les faits démontrent qu’il était informé de la pratique particulièrement avantageuse de l'administration fiscale luxembourgeoise des rescrits fiscaux (tax rulings) : cette pratique est exposée dans un rapport de 1997 (rapport Krecké) qui lui était destiné et qui pointait les risques encourus par le Luxembourg en termes de réputation. Jean-Claude Juncker a nié, dans un premier temps, avoir eu connaissance de ces informations, puis a ensuite dû l'admettre.

  • Le 31 juillet 2014, est voté la LOI n° 2014-856 relative à l’économie sociale et solidaire. Cette loi autorise des associations à faire circuler une monnaie locale complémentaire en gardant la parité avec l'euro.

Encadrement légale des monnaies locales complémentaires en France

  •  En juillet 2013, l'application Lydia est lancée par l'entreprise privée. Elle permet à ses utilisateurs d'envoyer et de recevoir de l'argent grâce à leur mobile smartphone (paiement sans contact par protocol NFC), et de payer dans les magasins et sur les sites de commerces en ligne. Elle agit en tant qu'agent prestataire de services de paiement. 

  • En 2011, est lancée lentement la technologie NFC (Near-Field Communication) de communication sans fil à courte portée et à haute fréquence. Elle permettant l'échange d'informations entre des périphériques jusqu'à une distance d'environ 10 cm. Cette technologie est une extension de la norme ISO/CEI 14443 standardisant les cartes de proximité utilisant la radio-identification (RFID) qui combinent une carte à puce et un lecteur au sein d'un seul périphérique.
  • En juin 2011 est publiée la Théorie Relative de la Monnaie par Stéphane Laborde. Elle s'appuie sur des travaux de Dupuit, Cournot, et Maurice Alain. [x]

  • En octobre 2011 le plan de soutien annoncé de 1000 milliards par le Fond Européen de Stabilité Financière n'a pas rassuré les marchés financiers. Jean-Claude Juncker, le président de l'Eurogroupe, ancien premier ministre du Luxembourg, annonce que le montant sera plus faible [x]

  • En 2011, la monnaie locale complémentaire le Sol-violette est mise en circulation à Toulouse.
  • En 2010, la crise de l'Euro touche la Grèce à cause de son endettement, son déficit budgétaire, et un trucage de sa situation économique par le biais d'instruments financiers mis au point par la banque d'investissement GS. [x]

  • En 2009, le code source du bitcoin est publié par Satoshi Nakamoto. Le bitcoin est un crypto-actif décentralisée par une technologie de pair-à-pair mais qui est intrinsèquement spéculatif de part sa masse monétaire et son émission limitée. La création monétaire étant liée à la puissance de calcul, une course au "minage" est lancée entre les différents pays.

Création de monnaie numérique décentralisée n'appartenant à aucun pays en particulier (a priori)

  • Septembre 2008, l'adoption d'un plan de sauvetage du système bancaire aux États-Unis (plan Paulson) et d'autres mesures prises notamment en Europe n'ayant pas suffi à rétablir la confiance, une chute des bourses mondiales s'est déroulé en octobre 2008. [x] [x]

  • Le 4 février 2008, le traité de Lisbonne refusé par référendum est voté par les parlementaires réunis “en Congrès” à Versailles.

  • En Juillet 2007, éclate la crise financière dite des “subprimes” pour des emprunts risqués notamment dans le milieu des crédits hypothécaires étatsuniens. Cette bulle financière est déclenchée par plusieurs facteurs comme l'augmentation des taux directeurs mais également une crise énergétique provoquant l'exploitation du gaz et pétrole de schiste.

  • Entre 2004 et 2007, la Réserve fédérale des États-Unis a relevé son principal taux d'intérêt directeur, le portant de 1 % en 2004 à plus de 5 % en 2007. La Banque Centrale Européenne suit le pas en augmentant de 2 % en 2005 à 4 % en 2007.

  • Le 29 mai 2005, les citoyens française votent “non” par référendum au projet de constitution européenne autrement appelé traité de Lisbonne. Ce traité de Lisbonne est à l'origine de la création du Traité sur le Fonctionnement de l'Union Européenne.
    Ce traité inscrit par exemple à l'article 123 l'obligation d'emprunt sur les marchés financiers et l'interdiction du circuit du trésor :
    “Il est interdit aux […] «banques centrales nationales», d'accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l'Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres; l'acquisition directe, auprès d'eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite.” [x]

    De même, le traité inscrit par exemple à l'article 63 l'interdiction de lutte contre l'exil fiscal :
    Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites.”

  • Le 1er janvier 2002 est introduit l'Euro.

  • Le 1er juin 1998 est établie la Banque Centrale Européenne qui a pour objectif de maintenir une inflation basse à une niveau de 2%.
    Mais les salaires auront besoin d'être contenus pour augmenter la compétitivité. Suivant la loi NAIRU (Non-Accelerating Inflation Rate of Unemployment) ou courbe de Phillips de James Tobin, le taux de chômage est un paramètre qui permet de maintenir l'inflation à un niveau bas et favoriser l'épargne. Selon l'Inserm 10 000 à 14 000 décès peuvent être attribués chaque année au chômage. [x]

  • En 1995 est créé l'Organisation Mondiale du Commerce.

  •  Le 13 septembre 1992, le franc est réévalué de 3,5%. [x

  •  Le 7 février 1992 le traité de Maastricht est voté puis signé par le président Mitterrand. La communauté économique et monétaire européenne est lancée. Le marché unique et l'union monétaire sont entérinés. La politique du franc fort détend les relations économiques avec l'Allemagne mais l'emploi devient la variable d'ajustement en remplacement aux dépréciations monétaires.

  • En 1990, les terminaux de paiement électroniques (TPE) sont généralisés. D'abord avec transmission par piste magnétique, puis, rapidement, à puce électronique.

Transition vers une numérisation des monnaies

  •  Le 11 janvier 1987, le Deutsche Mark et le florin sont réévalués de 3% et 2%. [x

  •  Le 17 février 1986, est signé l'acte unique européen par 12 états d'Europe. Il entre en vigueur le 1er juillet 1987. L'acte unique modifie le traité de Rome de 1957 et ouvre la voie au marché unique. Les quatre libertés de circulation des marchandises, des personnes, des services, et capitaux sont facilitées. La liberté des capitaux sera effective le 1er juillet 1990 dans la préparation à l'union monétaire. [x

  • Le 6 avril 1986, Édouard Balladur annonce une dépréciation du franc de 3%. [x]

  • De 1981 à 1983, le franc s'est vu dévalué à 3 reprises en 1981, 1982 et 1983 les trois premières années du premier septennat de Mitterrand. Quelques mois après l'entrée en fonction, le franc est dévalué de 3% le 4 octobre 1981. Le 12 juin 1982, le franc est dévalué de 5,75% associé à un plan de rigueur. Le 21 mars 1983 c'est le mark et le florin qui sont réévalués de 4,25%, ce qui fait que le franc perd 8% par rapport au mark. [x]

  • Le 13 mars 1979 est créé le Système Monétaire Européen qui a pour objectif de stabiliser les monnaies européennes autour de trois piliers : une monnaie virtuelle pivot l'European Currency Unit, un change, et un système de crédit. [x]

  • 1977-1978 : Les problèmes économiques lors de la période 1977-1978 sont importants : inflation généralisée, crise de l'acier, effondrement du dollar. Le dollar perd 12,34 % de mars 1977 à mars 1978 par rapport au Deutsche Mark. [x]

  • Le 7 et 8 janvier 1976, les accords de la Jamaïque mettent en place un taux de change flottant, reconnaissance de jure (“de droit” en latin) de la flottabilité des monnaies. On assiste à la démonétisation de l'or comme moyen de règlement international. [x]
    Le panier de monnaies qui compose les droits de tirage spéciaux (DTS) créé en 1969, est alors composé de la livre sterling, le dollar, le yen, le franc et le deutsche mark. Le yuan ou rénminbi (RMB) arrive dans les DTS en 2016.

  • Le 18 janvier 1973, est lancé l’emprunt Giscard. Celui-ci est indexé sur le cours de l'or et cette indexation empêchera les finances publiques de profiter de l'importante inflation de la décennie suivante, les remboursements en monnaie "or" explosant par rapport à la monnaie courante. D'un montant de 6,5 milliards sur quinze ans, cet emprunt a coûté à l'État 92 milliards de francs. En 1974 la dette d'état est de 14,5% du PIB. [x] [x]

  • Le 3 janvier 1973 est signée la loi sur la Banque de France, elle modifie le statut de celle-ci et obligeant le parlement a voté toute utilisation du circuit du Trésor. [x]

  • A partir de 1972 jusqu'à 1979, le Serpent Monétaire Européen est un dispositif économique prédécesseur du Système Monétaire Européen, et qui limite les fluctuations de taux de change entre les pays membres de la communauté économique européenne. Une monnaie ne pouvait pas fluctuer autour de 2,25% de sa parité bilatérale par rapport à une autre monnaie.

  • Le 15 août 1971, les Etats-Unis sortent de l'étalon-or officiellement par la décision du président Nixon (Bretton-Woods 2), à compté du 8 janvier 1976 avec les accords de la Jamaïque [x].

Transition des des monnaies papier avec le dollar comme unique référence étalon-or, vers des monnaies papier sans référence avec l'or

  • Le 8 août 1969, Jacques Chaban-Delmas qui avait refusé la dévaluation de l'année 1968, déprécie le franc de 11,1%. Le général De Gaulle avait entre-temps démissionné le 28 avril 1969. [x]

  • En 1969, sont créés les droits de tirage spéciaux (DTS), un panier de devises réévalué tous les 5 ans avec pour but de compléter les réserves officielles existantes des pays membres. [x]

  • Le 22 novembre 1963, le président Kennedy est assassiné.

  • Le 29 décembre 1958, le franc (franc Pinay) est dévalué de 17,55% pour consolider le commerce extérieur français avec la création d'un franc “lourd” qui vaut 100 anciens francs. [x]

  • En juin 1958, le franc est dévalué de 20%. [x]

  • Le 10 août 1957, le franc (franc Gaillard) est dévalué de 20% par le président du conseil Félix Gaillard de façon déguisé puis légale en juin 1958. [x]

  • Le 25 mars 1957 est créée la communauté économique européenne avec la signature du traité de Rome.

  • En 1956 et en 1957 ont eu lieu deux brèves expériences respectivement dans le Cher (Lignières-en-Berry) et en Charente-Maritime (Marans). Émises par une association sous le terme de « bons d’échange » ou de « bons de travail », ces monnaies franches durent être abandonnées à la suite de l'adoption en de l'ordonnance interdisant « l’émission ou la mise en circulation de moyen de paiement ayant pour objet de suppléer ou de remplacer les signes monétaires ayant cours légal ». Pierre Tournadre, horloger, et Georges Lardeau, directeur du cinéma, pour faire face à l'exode rural et au dépérissement économique, déclarèrent le « la commune libre de Lignières-en-Berry ». La monnaie franche est émise en . Tandis que l'expérience commence à faire parler d'elle, et dans un contexte de développement du poujadisme, le gouvernement commence par déposer un projet de loi en décembre pour tenter d'interdire ce genre d'entreprise. En une enquête de police judiciaire diligentée ne trouve rien à charge. C'est l'ordonnance de 58-1298 datée du

  •  Le 18 avril 1951 est établie la communauté européenne du charbon et de l'acier par le traité de Paris. 

  • Le 20 septembre 1949, le franc (franc Queuille) est dévalué de 22,27% par le gouvernement d'Henri Queuille. Le dollar coûte 350 francs. [x]

  • Le 4 avril 1949, est fondée l'alliance militaire OTAN (l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord).

  • Le 20 janvier 1948, le franc (franc Mayer) est dévalué de 80%. [x]

  • Le 26 décembre 1945, les accords de Bretton Woods sont ratifiés. Ils interdisent toute convertibilité entre les monnaies et l'or sauf pour le dollar qui devient la nouvelle référence. Ceci afin de stabiliser l'économie mondiale et accessoirement éviter une banqueroute de plusieurs états dont les États-Unis et leur course à l'endettement de guerre. En produisant la moitié du charbon mondiale et deux-tiers du pétrole, les États-Unis mettent en place l'hégémonie du pétro-dollar qui supplante celle de la livre sterling d'avant la guerre de 1914. A la fin de l'étalon-or, l'or a alors la valeur de à 35 dollars par once [x]
    Le franc (franc Pleven) est alors dévalué de 60%. [x]
    La Banque mondiale est créée.
    Le Fond Monétaire International (FMI) est créé.

 Transition des monnaies papier avec plusieurs étalon-or, vers des monnaies papier avec le dollar comme unique référence étalon-or (accords Bretton-Woods)

  • Le 2 décembre 1945, est nationalisé la Banque de France et certaines grandes banques de dépôt (Crédit Lyonnais, Société générale, BNCI, CNEP), qui appartenaient aux « 200 familles les plus riches ». Un Conseil national du crédit est créé avec pour charge de veiller au bon fonctionnement du système bancaire.

  • Le 2 septembre 1945, la capitulation du Japon met fin à la Seconde Guerre Mondiale.

  • Le 6 et 9 août 1945, les États-Unis larguent deux bombes nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki sur 535 000 habitants et 68 autres villes sont bombardées.

  • Le 6 juin 1944, quand près de 23 millions de russes sont morts face aux 170 divisons allemandes de l'Est, soit la moitié des pertes totales mondiales, les 139 000 soldats étasuniens débarquent sur les plages de Normandie face à 26 autres divisions allemandes.
    Le générale De Gaulle dont le CFLN n'avait pas été reconnu par le gouvernement américain reconnu que les soldats américains débarquèrent avec des “billets drapeaux” (également appelés “US Occupation franc” ou franc AMGOT) dans leurs poches. En effet le gouvernement américains souhaitait instaurer un gouvernement d'occupation nommé AMGOT pour “Allied Military Government of Occupied Territories”.
    Mais le général De Gaulle, président du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF), s’y oppose et fait retirer cette monnaie de la circulation à partir du 27 juin 1944, la considérant comme de la « contrefaçon ». [x] [x]

  • Le 6 septembre 1944, le franc est dévalué par Pierre Mendès-France de 13% par rapport à l'or. [x]

  • Le 7 décembre 1941 les USA rentrent en guerre contre l'Allemagne et le Japon après l'attaque de Pearl Harbour.

  • Le 1er mai 1940, le Canada, sort de l'étalon-or. [x]

  • Le 29 février 1940, Reynaud dévalue le franc. [x]

  • Le 23 août 1939, l'Allemagne et l'Union soviétique signent un pacte de non-agression et se partagent la Finlande, la Pologne, les pays baltes, et la Roumanie, sans contestation de la France et la Grande Bretagne.

  • Le 12 novembre 1938, Reynaud dévalue le franc. [x]

  • En mai 1938, Marchandeau dévalue le franc. [x]

  • Le 8 juillet 1937, une série de 15 décrets-lois sont passés pour lutter contre l'évasion fiscale. [x]

  • Le 1er octobre 1937, le franc (franc Auriol) est dévalué de 35% par le front populaire. Un décret interdit le commerce de l'or et les propriétaires de plus de 200 grammes d'or peuvent les céder à la Banque de France au cours antérieur à la dévaluation ou devront s'acquitter d'une taxe. [x]

  • Le 30 juin 1937, le franc (franc Bonnet) est déprécié au départ du gouvernement Blum. [x]

  • En 1937, l'administration Roosevelt, inquiète de l'inflation, applique ce qu'on appelle "Gold Sterilization". Une période entre 1937 et 1938 de gel des flux d'or qui a pour effet de réduire la base monétaire et dévaluer le dollar. [x]

  • En 1936, la France met fin à la convertibilité du franc en or. C'est la fin de la zone franc nommée bloc-or. [x].

  • Le 24 juillet 1936 est votée la loi Léon Blum du 24 juillet, une réforme du statut de la Banque de France. La loi remplace le Conseil de régence qui désignait le gouverneur par un Conseil général. Les membres du Conseil de régence étaient élus par les 200 actionnaires les plus importants (« les 200 familles »), dorénavant, ils cèdent leur place aux représentants de l'État, à ceux des « grandes forces organisées du travail et de l'activité industrielle, commerciale et agricole » et à ceux, élus par les petits actionnaires qui obtiennent aussi le droit d'assister aux assemblées générales.

  • Le 8 août 1935, un décret-loi clôt la possibilité du pouvoir politique de définir le taux d'intérêt en l'indexant sur un taux moyen ressortant des taux pratiqués par le marché x 150%. Les lois suivantes, en 1966, 1985 et suivantes, ne feront que modifier les modalités de calcul du taux d’usure sur la base d’une indexation sur les cours pratiqués comme barrière maximale pour les taux d’intérêt à ne pas franchir. [x]

  • En 1934, la banque suisse WIR, s'inspire des travaux de Sylvio Gesell (né en Belgique pruissiènne et ayant vécu en Allemagne, Bavière, Suisse, Argentine, c'est un économiste qui apporte l'idée que la monnaie fondante permet naturellement l'incitation à l'échange, et ne paralyse pas l'économie par son accumulation). Elle utilise son système de monnaie fondante jusqu'en 1948. Ce principe reste utilisé, conjointement avec le franc suisse, en fonction des besoins et prévisions de dépense de chacun des clients-membres. [x]
  •  En mars 1934, le franc est attaquée sur le marché des changes. [x

  • En 1933 se constitue à Nice un Comité national de la mutuelle d'échanges qui créée des bons d'échanges destinés à circuler uniquement entre les adhérents, essentiellement des commerçants.(Les statuts du Comité paraissent dans la presse le , la création de l'association étant annoncée officiellement au J.O. le de la même année). Sous le ministère Laval, une intervention de la Banque de France frappe l'expérience d'illégalité. Un joailler du nom de Soriano, qui participa à cette expérience viendra apporter après-guerre son soutien à « la commune libre de Lignières-en-Berry. [x]
  • En 1933, le président Franklin Delano Roosevelt promulgue l'Executive Order 6102, et en 1934 la Loi sur les réserves d'or (Gold Reserve Act) en 1934, qui punissent la possession de plus de 100 $ d'or d'une amende jusqu'à 10 000 dollars ou une peine de 10 ans de prison, et qui exige que toutes les pièces, lingots et titres en or soient remises au Département du Trésor sans contrepartie [x].

  • Le 12 juin 1933, la conférence de Londres est un échec de négociation entre 66 pays autour du système monétaire international. Le Royaume-Uni et les États-Unis souhaitaient un retour éventuel à l'étalon-or.
    Les Français sont toutefois arrivés à un ralliement de la zone franc nommée
    « bloc-or » avec la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, l'Italie, la Suisse, la Pologne et la Tchécoslovaquie [x].
    Cette zone choisit de garder des monnaies convertibles en or, mais ce bloc ne tiendra pas longtemps, car la pression économique devint de plus en plus forte et les pays s’en sont au fur et à mesure détachés pour dévaluer à leur tour leur monnaie. Le dernier pays à sortir du bloc fut la France en 1936 avec la décision du Front populaire de dévaluer la monnaie [
    x].

  • En janvier1933, Hitler arrive au pouvoir démocratiquement

  • Le 19 avril 1932, les Etats-Unis annonce abandonner l'étalon-or [x]. Les certificats-or en billet papier ne seront utilisés que pour les échanges interbancaires jusqu'en 1971 [x].

  • En 1933 se constitue à Nice un Comité national de la mutuelle d'échanges qui créée des bons d'échanges destinés à circuler uniquement entre les adhérents, essentiellement des commerçants. Sous le ministère Laval, une intervention de la Banque de France frappe l'expérience d'illégalité. Un joailler du nom de Soriano, qui participa à cette expérience viendra apporter après-guerre son soutien à la commune libre de Lignières-en-Berry. [x]
  • En 1933, le président américain Franklin Delano Roosevelt décide à son tour de suspendre la convertibilité du dollar en or. La deuxième zone monétaire que l’on voit émerger est la zone dollar. Elle regroupe les pays qui préfèrent indexer leur monnaie sur le dollar, plutôt que sur l’or. On y trouve les Philippines et les pays d’Amérique du Sud, moins le Brésil. Le dollar fut dévalué de 40 % en 1934. [x]

  • Le 5 juillet 1932, le bourgmestre de la commune autrichienne de Wörgl convertit la monnaie régulière circulant à Wörgl en une monnaie franche sous forme de bons de 1, 5 et 10 schillings qui seront nommés « bons-travail ». Ces bons avaient la particularité de diminuer de 1 % de leur valeur par mois, 10 schillings à ce régime perdraient en un an 1,20 schilling par coup de tampon. Les premiers billets furent émis en août 1932 pour une somme totale de 32 000 schillings. Cette somme était garantie à 100 % en argent autrichien régulier déposé à la caisse d'épargne locale. Cette forme de paiement fut stoppée le 15 septembre 1933 et définitivement interdite le 18 novembre de la même année. La banque centrale autrichienne aurait craint pour son monopole de l'émission de monnaie. La rapidité de circulation de cette monnaie locale permit d'effectuer en trois mois 100 000 schillings de paiements avec une quantité de bons de 12 000 schillings. Les différents commerces acceptaient bons et argent autrichien en parallèle. La nouvelle monnaie ne stimulant pas l'épargne, la caisse d'épargne de Wörgl qui connaissait un excédent de retraits sur ses dépôts de 10 000 schillings en juillet 1932, vit cet excédent tomber à 5 000 schillings en août, après l'introduction des bons et 1 an après les dépôts et les retraits s'équilibraient. Les communes voisines de Kirchbichl, Brixen im Thale, Hopfgarten im Brixental et Westendorf admettent la circulation des bons de Wörgl et émettront à leur tour des bons de travail. Le maire a même le projet de donner à Wörgl le statut d'un « État-libre » et « laboratoire monétaire » sous l'égide de la SDN. L'expérience de Wörgl fit reculer le chômage de 25 % à l'époque de sa mise en œuvre (juillet 1932 - septembre 1933), alors que sur l'ensemble de l'Autriche, pour la même période 1932-1933, le chômage augmenta de 20 % (voir le film documentaire "La monnaie miraculeuse"). [x]
  • En 1931 à Schwanenkirchen, une petite ville minière de Bavière, une monnaie fondante franche nommée wära est émise par la société des « franchistes ». Le ministre allemand des finances réussit à faire interdire le wära en octobre 1931 malgré ses spectaculaires résultats sur l'économie locale. La conséquence de cette interdiction fut la fermeture de la mine.
  • Le 20 septembre 1931, la livre sterling est dévaluée et se met à flotter. Le gouvernement britannique suspend sa convertibilité en or. [x]

  • En septembre 1931, l’Angleterre décide de suspendre la convertibilité possible de la livre en or. Ce qui reporte tout le poids de la spéculation sur le dollar, une des seule monnaie encore convertible.

  • La zone livre sterling est créée au même moment que la suspension de la convertibilité de la monnaie anglaise en or, pour la dévaluer de 30 %. Elle regroupe les pays qui entretenaient d’importantes relations commerciales avec le Royaume-Uni, et qui avaient alors tout intérêt à baser leurs monnaies respectives sur la livre plutôt que sur l’or. Elle compte le Brésil, le Portugal, l’Égypte, les pays scandinaves et les pays du Commonwealth, en dehors du Canada [x].

  • Le 24 octobre 1929, le krach de 29 surgit à New York à cause d'une bulle spéculative majoritairement amplifiée par un nouveau système d'achat à crédit d'actions nommé “call loan”.
    Ce krach boursier a déstabilisé les politiques économiques allemandes, permettant dans une certaine mesure l'arrivée au pouvoir du parti nazi à cause du retrait brutal des capitaux américains d'Allemagne et des suites du plan Young. [x]

  • Le 25 novembre 1929, en Allemagne, un référendum est mis en place contre le plan Young. Une loi est discuté le 29 et le 30 novembre 1929 par le Reichstag mais rejetée. [x]

  • Le 7 juin 1929, est signé le Plan Young du nom de Owen D. Young, créateur de la grande radio RCA, gérant de la First National Bank of New York. Ce plan prévoit les modalités de remboursement de la dette de guerre allemande. Le Plan Young intègre également la création de la Banque des Règlements Internationaux, une banque qui recevra les versements de la dette allemande. Cette banque a des divisions américaines, allemandes, anglaises, françaises, belges, italiennes, et japonaises. [x]

  • En 1928, la France rétabli l'étalon-or par Raymond Poincaré à la suite d'une dévaluation des quatre cinquièmes de la valeur du franc d'avant 1914 : c'est la fin du franc germinal et le début du « Franc Poincaré ». [x].

  • Le 1er janvier 1927, l'Union monétaire latine entre la France, la Belgique, l'Italie, la Suisse et la Grèce, et avec des traités unilatéraux et bilatéraux avec l'Amérique du Sud, l'Espagne, l'Autriche-Hongrie et la Russie est dissoute. [x]

  • Le 28 avril 1925, Winston Churchill, chancelier de l’Échiquier, annonce le rétablissement de l’étalon-or au Royaume-Uni. Le 5 mai le Gold Standard Act est voté.

  • En 1924, 24 juillet, les anglais et américains initie le Plan Dawes du nom de Charles G. Dawes, un arrangement de réparations de guerre dues à l'Allemagne qui consistait en un emprunt 800 millions de mark et une lutte contre l'hyperinflation.

  • En 1923, le rentenmark ou Mark-rente est une monnaie de transition allemande, adoptée pour faire face à l'hyperinflation qui sévit depuis 1919. Elle est utilisée de 1923 à 1948, et conjointement, à partir d'août 1924, avec le reichsmark. [x]

  • Du 10 avril au 22 mai 1922, les accords de Gênes à l'initiative de la Grande-Bretagne, ont pour but de restaurer l'ordre monétaire international qui avait été déstabilisé par la Première Guerre mondiale [x]. Le principe décidé est assez simple, il vise à s’appuyer sur les monnaies qui ont tiré profit du conflit, comme le dollar et la livre sterling. Ainsi le « Gold Exchange Standard » de 1922 prévoit que seuls le dollar et la livre sterling pourront être échangés en or. Il faut en fait échanger la monnaie nationale en l’une de ces deux monnaies pour ensuite pouvoir l’échanger en or. Ainsi, des pays comme la France n’étaient pas tenus de fournir des paiements en or, ils pouvaient le faire directement en dollars ou en livres [x].
    Les pays dont la monnaie était privilégiée, étant convertible en or, n'avaient pas à se soucier des déficits de leur balance des paiements, payés dans leur monnaie. Les pays excédentaires replaçaient leurs excédents sous forme de prêts dans les pays débiteurs. On assistait donc à la création d'une double pyramide de crédits, dont l'une n'a pas de justification. Selon Rueff, ce phénomène expliquerait la frénésie d'endettement des États-Unis pendant les années 1920, qui a dépassé 350 % de leur PIB.
    Les français aborda également la question des emprunts de l'empire russe (12 milliards de francs emprunté auprès de 1 600 000 Français) [x] auxquels Lénine refusa de se considérer obligé. 

  •  En 1921 la dette française s'élève à 270% du revenu national 

  • Le 11 novembre 1918 est signé l'Armistice mettant fin à la Première Guerre mondiale. Les possessions allemandes de Namibie sont intégrées à l'Afrique du Sud. La Tanzanie et la Papouasie reviennent à l'empire britannique. Le traité Sykes-Picot qui divise le moyen Orient sur les ruines de l'empire Ottoman départagent la Syrie et le Liban à la France, et l'Irak, le Koweït, la Jordanie à l'empire britannique. 

  •  En 1917, la Russie se retire du combat en pleine révolution soviétique. 6,4 millions furent tués contre 100 000 américains débarqués.

  • En 1917, le prêt à intérêt qui a été condamné jusqu'en 1830, est rendu licite par le Vatican : « mais dans la prestation d’une chose fongible, il n’est pas illicite en soi de convenir d’un profit légal, à moins qu’il n’apparaisse comme immodéré. » 
    Le canon du droit canonique entre en vigueur le 19 mai 1918, et a été abrogé par le Code latin de 1983. [x]
  • Le 28 juin 1914, l'assassinat du prince austro-hongrois sonne le début de la première guerre mondiale. Les pays de la Triple-Entente (France, Royaume-Uni, Russie) sont confrontés aux empires centraux (Allemagne, Autriche-Hongrie, Empire ottoman). Le Japon, à l'inverse de la seconde guerre mondiale, rejoint la Tripe-Entente en août 1914. L'Italie rejoint la Tripe-Entente en avril 1915. La Roumanie en août 1916 et les USA en avril 1917.

  • Le 23 décembre 1913, le président Thomas Woodrow Wilson signe le Federal Reserve Act à l'origine de la banque centrale américaine.

     22 woodrow wilson je suis un homme des plus malheureux

  • En 1900, un loi modifie le taux légal de 5% à 4% pour les particuliers. [x]
  • En 1889, les prêts d'intérêts au Saint-Siège sont généralisés et ouverts à tous les prêteurs d'argent sans condition. [x]
  • Le 12 janvier 1886, la IIIème République dite ‘opportuniste’ abrogea la loi de 1807 et celle de 1850 sur les taux d'intérêt, pour permettre aux activités commerciales de ne dépendre que de la loi du marché des taux d’intérêt. Les particuliers, eux, resteront toujours concernés par la loi de 1807 et 1850 et ce jusqu’au 16 avril 1918, date à laquelle un décret, qui ne parut jamais, devra suspendre cet effet. La première mondiale mobilisera l'épargne des particuliers pendant 5 ans en tant qu'efforts de guerre. [x]
  • En 1873 l'Union monétaire latine (Belgique, Italie, Suisse, France, Grèce) adopte l'étalon-or [x].
    Alors que la production d’argent augmentait, les États-Unis abandonnaient le principe de la liberté de frappe de l’argent et l’Allemagne adoptait le monométallisme or. L'Union latine suivit le mouvement. Par Convention additionnelle du
    31 janvier 1874, le principe de liberté de frappe était limité par contingentement. La Convention de 1878 suspendait la frappe des monnaies d’argent dans l'Union. La Convention du 6 novembre 1885 prévoyait le remboursement en or des écus d’argent. [x] 

  • En 1873: États-Unis de facto adopte l'étalon-or [x].

  • Le 18 mars 1871, commence la commune de Paris.

  • En 1871 l'Allemagne adopte l'étalon-or [x].

  • En 1867, Échec du congrès monétaire international de 1867 [x]
    Le Congrès de
    1867 (Europe, États-Unis, Russie et Empire ottoman) adopta le principe d'une monnaie internationale basée sur la pièce de 5 francs or et ses multiples. Elle posa aussi le principe de l’étalon-or avec une période de transition pour le bimétallisme. Le Congrès échoua devant l'opposition de la Prusse, de l’Angleterre et des banques centrales, sous statuts privés à l’époque. Toutefois, la Convention de Vienne du 21 juillet 1868 unifiait les tarifs télégraphiques avec le franc comme unité de compte monétaire commune.

  • Le 23 décembre 1865 est créée l'Union monétaire latine (Belgique, Italie, Suisse, France, puis Grèce en 1868). L’objet de ce traité était d’instituer une organisation monétaire commune fondée sur le régime de bimétallisme or-argent et le système décimal (exemple 1 franc = 100 centimes). [x]

  • En 1863 sont créés les certificats-or en billet papier [x].

  •  En 1854 le Portugal adopte l'étalon-or [x]. 

  •  En 1848, sous la Seconde République, les français ne peuvent plus obtenir le remboursement de leur billets de banque contre de l'or. [x]
  • En 1832 les premiers prêts à intérêt commencent au Saint-Siège. [x]
  • En 1830, après une question de l’évêque de Rennes, le Saint Office déclare par son décret Non esse inquietandos qu'on ne doit pas pénaliser en confession les prêteurs à intérêt, à condition qu'ils promettent de se soumettre aux futures décisions du Saint Siège. C'est une annonce de tolérance du prêt à intérêt. [x]
  • Le 3 septembre 1807, une loi définit le taux d'intérêt légal à 5% pour les particuliers, 6% pour le commerce. Et définit aussi le taux conventionnel, identique au taux légal. Par cette loi, le pouvoir politique affirme son pouvoir sur le pouvoir économique. Au-delà de ce taux, l'usure sera sanctionnée jusqu’à 2 ans de prison maximum en cas d’escroquerie. [x]
  •  En 1806, la France napoléonienne qui contrôle toute l'Europe de l'ouest fait un blocus continental au commerce britannique.

  • Le 18 janvier 1800 est signé par Napoléon Bonaparte sur la demande du financier suisse Jean-Frédéric Perregaux, la création de la banque de France en tant que banque privée. Elle est la seule à avoir le droit de battre monnaie et peut collecter les taxes dans l'empire. [x]
    La banque de France absorbe la Caisse des Comptes courants qui avait été créé par Perregaux. Les 30 millions de francs d'apport à la création sont apportés par des hommes bourgeois qui deviennent alors actionnaires de la banque et obtiennent le droit de nommer les directeurs de la banque. Ce droit sera retiré par Napoléon qui récupérera le choix de nommer le gouverneur et les deux sous-gouverneurs.
    [x]

  •  En 1799 la compagnie néerlandaise des Indes orientales est finalement dissoute après 4 ans de guerre avec l'Angleterre en 1780, puis une invasion française en 1795. La Grande Bretagne récupère des possessions au Canada, Amérique Centrale, Antilles, Indes, Chine, Afrique du Sud, Océanie, et en Méditerranée.

  •  En 1795, le franc est créé avec un système décimal jusqu'en 2001.

  • Le 25 mai 1795, le décret du 6 Floréal de l'An III abolira le décret de 1793 permettant au pouvoir politique d'intervenir dans la définition du taux d'intérêt. [x]
  •  En 1792, à Wall Street, les traders se formalisèrent une union avec l’accord de Buttonwood (le platane de la rue de Wall Street). 

  •  En 1791, la dette hérité après la révolution est de 4 milliards de livres (80% du PIB). 

  • Entre 1790 et 1793, l’assignat perd 60 % de sa valeur. Entretemps, la valeur faciale des assignats se réduit : entre le et le , voient le jour des valeurs situées entre 10 et 50 sols (inférieures à 5 livres, le sol est une unité de monnaie locale à l'échelle d'un département), suppléant ainsi à l’absence d’espèces métalliques et répandant l’usage de ce moyen de paiement dans toutes les couches de population [x] [x]
  • Le 17 avril 1790, l’assignat est transformé en un papier-monnaie : il a donc cours forcé. Et l’État, toujours à court de liquidités, l’utilise pour toutes ses dépenses courantes. La machine s’emballe… L’État ne détruit pas les assignats qu’il récupère ; pire, il imprime plus d’assignats que la valeur réelle des biens nationaux. Jacques Necker, alors ministre des Finances, résolument contre la transformation de l’assignat en papier-monnaie, donne sa démission en septembre. [x]
  • Les 19 et 21 décembre 1789, par décret, l'Assemblée nationale émet des bons du Trésor baptisés «assignats» pour un montant total de 400 millions de livres. En échange d'un prêt à l'État, les particuliers reçoivent un bon du même montant. Ce bon porte un intérêt de 5% qui correspond à la rémunération du prêt. Surtout, ce bon appelé «assignat» est gagé ou «assigné» sur les biens du clergé (désormais appelés biens nationaux). Autrement dit, son détenteur peut l'échanger à tout moment contre un bien national de même valeur (parcelle de terre,...). [x]
  • Le 12 octobre 1789 par décret, l'Assemblée nationale nouvellement installée vote les dispositions qui permettent un taux légal de 5% pour les prêts à intérêts. Le sujet est traité l'année d'après le 22 novembre 1790, et puis une nouvelle fois le 11 avril 1793 par décret rendant "l'argent désormais une marchandise" et qu'en conséquence le prêt à intérêt n'est plus soumis au taux légal pour le commerce comme pour les particuliers. Les députés n'étaient pas tous de la même opinion, le Comité de Salut Public avait été formé 5 jours avant. [x]
  • Le 10 octobre 1789, l'Assemblée nationale constituante a nationalisé les biens du clergé pour tenter de combler la dette colossale de l'État français. laisse au clergé le soin de continuer à gérer ses domaines. Pour tirer concrètement parti de ces domaines sans attendre leur mise en vente, l'Assemblée décide de les mettre en gage (on dit aussi «assigner»). [x]
  •  Le 14 juillet 1789, la Bastille est prise avec l'aide de la bourgeoisie marchande.

  • Le 17 juin 1789 les députés du tiers état se déclare assemblée nationale. 

  •  Le 5 mai 1789, les états-généraux encore convoqués et demandent à voter par têtes et non pas par ordre (clergé-noblesse-tiers état). 

  •  En avril 1788, se produit la crise d'avril à cause de mauvaises récoltes et un système économique de rentes viagères non encadré juridiquement. Avec l'aide de banquiers suisses l'état avait financé la dette publique avec de telles rentes. [x] 

  •  En février 1787, les états-généraux sont convoqués depuis la dernière fois il y a 175 ans dans la monarchie absolue. Les notables et nobles et le clergé refusent les propositions du roi. 

  • En 1787, Turgot prend position en faveur du prêt à intérêt dans son traité "Défense de l'usure". La licéité de la rémunération du capital est également soutenue par Voltaire et Montesquieu. [x]
  • En 1777, le Parlement de Paris rend un arrêt le 10 janvier 1777 qui condamne plusieurs marchands au carcan pour fait d'usure. Cet arrêt rappel sur le plan civil et judiciaire la constance de l'interdiction de l'usure avec 13 textes de lois et jurisprudences cités. [x]
  • En 1776 se produit la révolution aux États-Unis. Les colons britanniques américains se battent pour se dispenser des impôts de la couronne britannique.

  • En 1776, Turgot contrôleur des finances essaye de supprimer les jurandes et corporations par l'édit de février 1776, il veut crée un meilleur impôt et crée la Caisse d'Escompte (ancêtre de la Banque de France). Il prévient Louis XVI (1776-1791) que s'il intervient dans la guerre d'Indépendance des Etats-Unis, les chances de réformer le système seront réduite à néant. Il fut démis au bout de 2 ans.

  •  En 1770, Turgot prend position en faveur du prêt à intérêt dans son "Mémoire sur les prêts d'argent". [x]

  •  En 1763 est signé par Louis XVI le traité de Paris. La France donne la quasi totalité de ses colonies à la Grande Bretagne. Soit 3/4 des surfaces colonisés en Inde et en Amérique du Nord. 

  • En 1745, la licéité de la rémunération du capital (prêt avec intérêts) est admise par le pape Benoît XIV dans une encyclique (Vix Pervenit) dans certaines conditions. Elle est admise uniquement pour le risque encouru, le risque de voir le capital disparaître, et non pas pour les perte d'utilité, ou perte d'opportunité. [x]
  •  En 1726, une nouvelle livre tournois est frappée (ce qu'on appelle un réformation). Elle institue la livre à 4,50516 grammes d'argent fin, ce qui constitue de fait une importante dévaluation par rapport à la fin du règne de Louis XIII. [x] 

  • Le taux d'intérêt légal est dfinie à 5% par la loi pour le commerce. [x]
  •  En 1721, la Bourse de Paris, qui était autrefois rue Quinquampoix et place du Change, se situe à l'Hôtel de Soissons.

  •  En 1720, après la banqueroute du système de Law, la dénomination officielle de la livre tournois devient la «livre»

  •  En juillet 1720, un krach financier est causé par les titres des compagnies exploitant le Nouveau Monde et faisant partie du système de Law, du nom du contrôleur général des finances d'origine écossaise. Le système de Law, imaginé par John Law développe l'utilisation de papier-monnaie plutôt que les espèces métalliques, afin de faciliter le commerce et l'investissement de la France sous la régence de Philippe d'Orléans (1716 à 1720). Cela a pour but de liquider la dette laissée par Louis XIV. [x]

  • En 1719, John Law rachète la Banque Générale et l'appelle Banque royale. 

  •  En 1719, la société Mississippi Company a acquis la Compagnie des Indes orientales, la Compagnie de Chine et d'autres sociétés de commerce françaises et deviennent la Compagnie des Indes. 

  •  En 1717, John Law prend le contrôle de la Mississippi Company. 

 Lancement des monnaies papier en Europe

  •  En 1716, John Law fonde la Banque Générale pour émettre des billets de banque rue Quinquampoix près de la rue des Lombards. 

  •  En 1715, le service de la dette de la Caisse des emprunt est insoutenable avec la mort de Louis XIV. Les rentrées fiscales sont de 69 millions pour 146 millions de charges. La dette publique est alors de 2,3 à 2,4 milliards, dont 1,2 milliard de rentes constituées (prêt par immobilier sans usure). 

  •  En 1711 est crée la La Compagnie des mers du Sud par Robert Harley. Elle se voit confier le monopole sur le commerce avec les colonies espagnoles en Amérique. 

  •  En 1702, en France, la Caisse des Emprunts et réouverte pour financer la Guerre de Succession d'Espagne. 

  •  En 1694, le roi créa des offices auditeur-examinateur des comptes

  • En 1697, la Caisse des Emprunts est supprimée par le traité de Ryswick après la guerre de Hollande qui fit intervenir des investissseurs marchands-banquiers génois.

  • En 1684 est fondée la Mississippi Company par René-Robert Cavelier de La Salle chargée de gérer les ressources du Nouveau Monde en Louisiane et Antilles notamment.

  • En 1673, en recherche d'argent, Colbert crée la Caisse des Emprunt et l'édit du 21 mars 1673 sur les hypothèques. La noblesse et la bourgeoisie s'y opposent et l'édit est suspendu un an plus tard. La Caisse des Emprunt permet de prêter avec des intérêts de 5%. 

  •  En 1673, la Crise des Tulipes se produit aux Pays-Bas à cause de spéculations sur la bulbe de tulipes. C'est la première bulle spéculative économique et financière de l’histoire. [x] 

  •  En 1665, Louis XIV, le roi Soleil règne sur la nation la plus peuplée d'Europe. Il crée la Compagnie des Indes orientales de France. Il limite le pouvoir féodal et le pouvoir de la noblesse en créant des intendants (qui deviendront des préfets).

  • En 1664, les britanniques s'emparent de la colonie New-Amsterdam, futur New-York et grand port de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales. Le mur délimitant certains territoire de la colonie est détruit et la rue nommée Wall Street. 

  •  En 1661, le budget est de 22,8 millions de recettes et 32 millions de dépenses. 

  •  En 1659, Colbert réclame à Fouquet de l'argent sans donner ni reçu ni décharge. Il l'accuse de voleries et d'emprunter cet argent à des taux usuraires, qui atteignent 30, 40, voire 50 %, et qui donc ruinent l'Etat. Colbert réduit la dette nationale en instituant des impôts plus efficaces. Il lance des travaux publics et développe le commerce. Il relance une marine nationale. En 10 de 1661 à 1671 il parvient à rétablir l'équilibre économique, et il double le revenu nationale (qui est 4 fois celui de l'Angleterre et 10 fois celui de Venise). 

  •  En 1645, Colbert devient Contrôleur général des finances après Mazarin. 

  •  En 1640, Louis XIII (1610-1643) décida de réformer le système monétaire (jusqu'à 1792) en trois pièces : (trois unités dites de compte) (et unités dites de règlement comme les gros tournois, les gros blancs etc), le louis d'or qui remplaça le franc en circulation depuis l'époque de Jean II le Bon, le louis d'argent ou écu d'argent, le liard, monnaie de cuivre, à partir de 1656 (démonétisation en 1856).

  • En 1627 la Compagnie de la Nouvelle-France aux cents actionnaires, dont Samuel de Champlain et Richelieu, récupère le travail de colonisation de la Compagnie de Montmorency et la Compagnie de Rouen 15 ans avant. 

  •  Entre 1618 et 1648 éclate la Guerre de Trente Ans. Les guerres de religions dans le Saint Empire Romain Germanique, en France et ailleurs en Europe dévastent les pays mais enrichissent quelques hommes.

  • En 1609 est créée la première grande banque centrale : la banque d'Amsterdam. Le siècle d'or néerlandais voit Amsterdam devenir la capitale mondiale de l'imprimerie, de la finance et de la navigation, grâce à l'afflux de réfugiés protestants, qui amènent leur or, et leur savoir-faire. Ils développent un marché financier sophistiqué, avec paiement à terme et options, où brillent deux sociétés très importantes : la Compagnie des Indes et la Banque centrale. Le même phénomène se produira à la fin du siècle à Londres, envahie par une armée hollandaise comptant des milliers de réfugiés protestants français.

Début de la centralisation des banques des pays d'Europe.

  •  En 1602 la Compagnie néerlandaise des Indes orientales est créée. La nouvelle route maritime du poivre fait d'Amsterdam une grande ville marchande concurrençant les républiques italiennes. La Compagnie est considérée comme la première grande multinationale car elle bénéficie des nombreux comptoirs hollandais implantés en Afrique du Sud, Ceylan, Chine, etc. 

  •  En 1597, Henri IV (1589-1610) qui a besoin d'argent, le prend chez les corporations. Qui sont des drapiers, épiciers, merciers (négoce), pelletiers (cuir), bonnetiers (habillement), orfèvre (bijou), marchands de vin. Il équilibre son budget à hauteur d'une vingtaine de millions de livres tournois.

  •  En 1585 Henri III (1574-1589) érige les marchands de vin en septième corps pour intégrer le commerce à l'Etat et empêcher les abus des jurandes (inspecteur du travail) et des confréries de métier.

  • En 1579, l'ordonnance de Blois (article 202) réaffirme le principe de l'interdiction des intérêts pour un prêts et institue mêmes les premières sanctions pour ceux qui ne respecteraient pas cette interdiction. L'usure est condamné tout au long du Concile de Trente étendu entre 1545 à 1563, concile oecuménique provoqué par les volontés réformistes de Martin Luther et Jean Calvin. [x]
  •  En 1561, le trésor royal a 43 millions de livres de déficit. Le clergé aide à rembourser la dette. 

  • En 1545, Jean Calvin défend la légitimité théologique de l'intérêt dû aux prêtspour le commerce dans sa "Lettre sur l'usure". [x]
  • En 1539, par l’édit de Châteauregnard (21 mai 1539), François Ier (1515-1547) crée également la première loterie d’État, sur le modèles des banques existant déjà dans plusieurs villes italiennes.

  •  En 1535, François Ier réalise le premier emprunt public sous la forme d'une rente perpétuelle. 

  •  En 1523 François Ier crée le Trésor de l'Épargne pour centraliser les dépenses de l'Etat et sa lutte contre Charles Quint. 

  • Lors de la seconde moitié du XVe siècle à la première moitié du XVIe siècle, la Révolution des prix est un terme utilisé pour décrire une série d'événements économiques. Les prix ont en moyenne été multipliés par six en 150 ans. Un niveau d'inflation équivaut à 1-1,5 % par an, un taux d'inflation relativement faible pour les normes du XXe siècle, mais plutôt élevé compte tenu de la politique monétaire en place au XVIe siècle. Généralement, on pense que cette forte inflation a été causée par l'afflux d'or et d'argent amené par la Flotte des gallions espagnols des Indes depuis le Nouveau Monde, en particulier l'argent de la Bolivie et du Mexique qui a commencé à être exploité en grandes quantités à partir de 1545. Cette théorie était déjà développée par Jean Bodin en 1568. Théorie qui n'était pas complètement inédite à l'époque puisque d'autres l'avaient déjà plus ou moins avancée : Martín d'Azpilcueta ou Copernic. la suite des conquêtes espagnoles, l'Espagne et plus particulièrement l'Andalousie, connaissent un afflux inégalé de métaux précieux en provenance du Nouveau Monde. [x] [x] [x]
  • En 1522, François Ier emprunte 200 000 livres aux notables de Paris. 

  •  Vers 1500, Louis XII « Père du peuple » (1498-1515), fit des lois sur la fausse-monnaie, punissant les falsificateurs. Il développe l'industrie du textile et accroît la démographie. Il réforma la justice et les impôts. Il était attentioné au Tiers-État par son utilisation des États-Généraux. 

  •  En 1498 le Portugais Vasco de Gama contourne le Cap de Bonne-Espérance pour arriver aux Indes et ouvrir une liaison commerciale du thé, de la soie et des épices. 

  •  En 1492, le génois Christophe Colomb découvre l'Amérique et avec elle les profits du commerce des nombreux minerais d'or, mais aussi le café, le sucre, le chocolat, les tomates, le maïs, la vanille, les dindes, et les pomme de terre. 

  •  En 1454, Johannes Gutenberg de Mayence fit découvrir l'imprimerie en Europe ainsi que Peter Schoeffer avec l'aide du banquier Johann Fust de Mayence. 

  •  En 1400 le revenu par habitant dans la République de Venise était alors quinze fois plus élevé que celui de Paris, Madrid ou Londres. Venise est au cœur du système de circulation le plus vaste de l'époque, et elle est avec Gênes le plus grands centre de marchands. Le Saint-Empire Romain Germanique étant le plus gros client. Venise possède de nombreuses îles méditerranéennes dont Chypre et la Crête. Les vénitiens sont les transporteurs de l'Europe. 

  •  En 1384, Philippe le Hardi après le contrôle des Flandres fait battre des nobles flamands contenant très légèrement moins d'or que la monnaie anglaise pour relancer l'économie avec le commerce de l'Angleterre qui est le principal producteur de laine et de textile. 

  •  En 1360, le franc à Cheval est la première apparition de la monnaie franc dans l'histoire. Le franc veut dire "le libre" car les francs s'appelaient le peuple libre. Cette monnaie a été battu pour financer la rançon du roi Jean II Le Bon qui avait été fait prisonnier par les Anglais à la bataille de Poitiers. 

  •  En 1355 sous Jean II Le Bon (1350–1364), les états généraux sont extrêmement méfiants quant à la gestion des finances publiques. Les dévaluations entraînées par les mutations monétaires ont fait perdre à la monnaie royale 82% de sa valeur en un an. La guerre de cent ans n'est pas terminée. 

  •  En 1348, une nef génoise rapporte involontairement de Crimée la peste noire. La république de Gênes est une grande puissance maritime avec des comptoirs partout en Méditerranée, et en Mer Noire. Gênes possède la Corse, les îles grecques de Lesbos, des comptoirs en Anatolie comme Galata, Phocée, Scalanova, Amastris et Sinope. Gênes possède des comptoirs en Crimée et tout autour de la Mer Noire. Les Génois et les Florentins ont inventé le chèque et la lettre de change, et sont considérés comme les banquiers de l'Europe. 

  • En 1322, trouvant le trésor royal épuisé par les abus du règne précédent, Charles IV(1322-1328) punit sévèrement et dépouille les financiers lombards. Il traite avec la même rigueur les mauvais juges et les seigneurs qui avaient accaparé les biens des particuliers. Il fait même arrêter Girard de la Guette, ex-surintendant des finances de Philippe le Long, lequel est accusé d'avoir détourné un million deux cent mille livres. Il le remplace par son trésorier Pierre de Rémi, qui sera lui-même pendu sous le règne suivant pour le même motif de concussion. 

  •  En 1315 les premières enchères à but commercial pour les lignes menant à l'Angleterre et aux Flandres sont créées. C'est le marché ou "bourse du Rialto". Le principal ancêtre des sociétés par actions est appelé alors "Incanto des galées du marché", appelé aussi "système des carats". 

  •  En 1312, malgré l'opposition de Edouard II d'Angleterre, l'ordre des Templiers devenu orgueilleux et sans légitimité est dissous pour cause d'hérésie par le pape Clément V (mais absous par parchemin de Chinon) et surtout par Philippe IV le Bel (1285-1314). Les derniers templiers furent brûlés sur une île de Paris. 

  •  En 1285, Philippe le Bel s'attaque à de puissantes institutions financières que sont les templiers usuriers, les marchands lombards, la papauté et les marchands non-chrétiens. Les taxes sont lourdes et le bras de fer déstabilise le pays. 

  •  Entre 1263 et 1266, Saint Louis réévalue la livre tournois, celle-ci chassant l'ancienne monnaie qui toutefois persista dans le nord de la France (Artois) et en Flandre. 

  •  En 1263, Louis IX fait frapper des pièces en or appelées écu. 

  •  En 1203 en France, la livre tournois est vouée à remplacer la livre parisis car la Touraine est rattachée au domaine royal de Philippe II. Elle est frappée à l'abbaye Saint-Martin de Tours mais elle deviendra l'unique monnaie jusqu'en 1667 par l'« Ordonnance civile touchant la réformation de la justice ». 

  •  En 1146 pendant la deuxième croisade, les templiers inventèrent le bon de dépôt. Lorsqu'un pèlerin confiait aux templiers la somme nécessaire à son pèlerinage, le frère trésorier lui remettait une lettre sur laquelle était inscrite la somme déposée. Cette lettre manuscrite et authentifiée prit le nom de lettre de change. La lettre de change permet également de contourner l'interdiction du prêt à intérêt en adaptant le taux de change lors de l'échange.

     Louis VII arrivé à Antioche pour la deuxième croisade, emprunta ainsi deux mille marcs d'argent à l'ordre des templiers via Évrard des Barrès. Le pèlerin pouvait ainsi voyager sans argent sur lui et se trouvait plus en sécurité. Arrivé à destination, il récupérait auprès d'autres templiers l'intégralité de son argent en monnaie locale. Les templiers étaient également les garants de la protection du commerce d'épices, de soie, d'encens puis de poudre.

  • En 1129, le concile de Troyes officialise ce qui était une milice de protection des croisades, l'ordre du temple (les templiers). Ils constituèrent un réseau qui ira jusqu'à la protection des trésors royaux (Louis VII et Henri II d'Angleterre) et la possession de nombreux domaines (72 châteaux et sites importants en Espagne, 6 au Portugal et 20 en Orient. Des Grands Prieurés se créent dans beaucoup de pays pour diriger les commanderies de l'Ordre).

  •  En 794, Charlemagne met en place une monnaie argent en plus de l'or.

    A la même période de la monnaie papier est émise en Chine et représentant des pièces de monnaies.

  •  En 789, une des premières mentions du "prêt avec intérêt" remonte à Charlemagne lors de son interdiction pour les clercs (capitulaire Admonitio generalis). Cette interdiction sera ensuite étendue par Lothaire et par les Mérovingiens à l'égard des laïcs. Le droit romain, ou autrement appelé droit canon avait également interdit ce type d'intervention économique. [x]

  • Entre 610 et 612, dans le Coran (Deuxième sourate, verset 275), il est écrit sur les prêts à intérêt : « Dieu a rendu licite le commerce et illicite l’intérêt ».
    L'interdit de la pratique de l'intérêt se retrouve encore au verset 39 de la Sourate Ar-Rum (Les Romains) : « Tout ce que vous donnerez à usure pour augmenter vos biens aux dépens des biens d'autrui ne les accroît pas auprès de Dieu, mais ce que vous donnez comme Zakat, tout en cherchant la face de Dieu (Sa satisfaction)… Ceux-là verront [leurs récompenses] multipliées. »
    La riba (l'intérêt) s'oppose au commerce au sens où l'intérêt enrichit le prêteur sans prise de risque. Le prêteur s'enrichit du fait du temps qui passe. Ceci est cause de la concentration des richesses aux mains des détenteurs de capitaux et de l'aliénation des travailleurs. La riba donne une société injuste. 
    Si l'islam continue de faire valoir cet interdit auprès de ses fidèles, force est de constater qu'il est parfois contourné comme par exemple avec le soukouk (équivalent d'une obligation) où l'intérêt sous-jacent (backdoor riba) est considéré comme une quote-part de profits futurs garantis. Dans la mousharaka, la banque participe au financement de l’acquisition d’un bien immeuble et le remboursement obéit à un tableau d’amortissement qui comprend, outre le capital principal, les bénéfices tirés par la banque pour cette opération. [x]

  •  En 500, les mérovingiens laissent l'action de battre monnaie aux villes, monastères.

 

 Époque antique : Auto-Gestion locale de monnaies multi-métalliques et supports de compte

 

  • En 400 dans le Talmud de Jérusalem puis en 500 dans le Talmud de Babylone, l'usage des lettres de change, et les limites du profit en introduisant la notion de prix juste. La hallakha (jurisprudence rabbinique) autorise de charger l'intérêt aux non-juifs mais interdit de se prêter avec intérêt entre coreligionnaires allant jusqu'à recommander fortement la remise de dette chaque schmitta. [x]

 

  • Entre 160 et 220 sous Commode et avant lui Marc Aurèle, l'inflation est accélérée. Le réduction du titre (du poids) en métaux précieux dans les pièces de monnaie permet de créer un plus grand nombre de pièce pour payer l'armée, les usagers et la fiscalité. La solde des légionnaires est doublée sous la dinastie des sévères. En 215, l'empereur Caracalla créé le double-denier nommé Antoninien pour soutenir la guerre orientale contre les parthes.
    La livre rommaine est la norme de 325g pour tailler les monnaies. C'est la fraction de cuivre par rapport à l'argent qui est augmentée. Les titres dans les pièces d'or étaient moins modifiées pour maintenir la confiance des classes bourgeoises. [x]

  • Entre 50 et 130 dans le Nouveau Testament, Évangile selon Luc (verset 6:27-38), il est écrit sur le prêt à intérêt : « et si vous prêtez à ceux de qui vous espérez recevoir, quel gré vous en saura-t-on ? Les pécheurs aussi prêtent aux pécheurs, afin de recevoir la pareille. », puis il est écrit : « Mais aimez vos ennemis, faites du bien, et prêtez sans rien espérer. Et votre récompense sera grande, et vous serez fils du Très Haut, car il est bon pour les ingrats et pour les méchants. ». [x]

  • Entre -384 et -322, Aristote montre dans de nombreux textes dont l'Éthique à Nicomaque et la Politique, la différence fondamentale entre l'économique et la chrématistique. La chrématistique est l'art de s'enrichir, d’acquérir des richesses. Elle s'oppose à la notion d'économie (de oïkos, la maison donc la communauté au sens élargi, et nomia, la règle, la norme) qui désigne, elle, la norme de conduite du bien-être de la communauté, ou maison au sens très élargi du terme.
    Aristote distingue deux fomes de chrématistique, la première est la forme naturelle, elle ne doit pas être dénigrée car c'est la nécessité d'approvisionner ou faire vire l'oïkos, la famille. La deuxième est considérée mauvaise et dit chrématistique  commerciale, c'est l'accumulation de richesse. 
    Aristote admet le troc et l'échange pratiqué par la monnaie comme important, mais insiste sur le fait que cette dernière ne doit pas être accumulée, qu'elle ne doit être utilisée que pour réaliser l'échange.
    Suivant son maître Platon, Aristote condamne le goût du profit et l'accumulation de richesses : la chrématistique commerciale substitue l’argent aux biens ; l’usure crée de l’argent à partir de l’argent ; le marchand ne produit rien : en l'absence de règles strictes visant leurs activités et d'un contrôle de la communauté dans son ensemble, tous sont condamnables d'un point de vue politique, éthique et philosophique.[x]

  • Entre -450 à 200 le droit romain, sous la République roamine et le début de l'Empire romain, autorisait le prêt à intérêt. En revanche l’Église catholique romaine l'interdit à ses fidèles car le droit canon prend appui sur la Bible. [x]  

  • En -687 les Grecs d'Asie Mineure commencent les pièces d'or, qui seront également utilisées par les perses achéménides, phéniciens, par Alexandre le Grand, puis l'empire romain.

    A la même période des monnaies en forme de bêche carrée ou de couteaux sont gravées en Chine.

  • Entre -1600 et -1100, est inscrit dans l'Ancien Testament ou Torah (ensemble des cinq premiers livres de la Bible également appelé Pentateuque), l'interdiction du prêt à intérêt et de l'usure. Le verset 19 du 23 ème chapitre du dernier livre (Deutéronome) dit : « Tu ne prêteras pas à intérêt à ton frère, intérêt d'argent ou intérêt de nourriture, de toute chose qui se prête à intérêt ». Le verset suivant (23-20) ajoute cependant une restriction : « Tu pourras tirer un intérêt de l'étranger, mais tu n'en tireras point de ton frère, afin que l'Éternel, ton Dieu, te bénisse dans tout ce que tu entreprendras au pays dont tu vas entrer en possession. »

    L'interdiction du prêt à intérêt figure également dans l'Exode (22-25) : « Si tu prêtes de l'argent à mon peuple, au pauvre qui est avec toi, tu ne seras point à son égard comme un créancier, tu n'exigeras de lui point d'intérêt. » ,

    dans le Lévitique (25:35-37) : «  Si ton prochain qui vit près de toi s’appauvrit et tombe dans la misère, tu lui viendras en aide – il se trouve être comme un étranger ou un immigré –, afin qu’il survive à côté de toi. Agis par crainte de Dieu : ne reçois de la part de ton prochain ni intérêt, ni profit, pour que celui-ci puisse vivre à côté de toi. Si tu lui prêtes de l’argent, tu n’en exigeras pas d’intérêt et si tu lui donnes de tes vivres, tu n’en tireras pas de profit. » ,

    dans Ezéchiel (18,8) : «  L'homme qui est juste, c'est celui qui applique le droit et la justice. [...]  Il n'exploite personne, il rend son gage au débiteur, il ne commet pas d'extorsion. Il donne son pain à celui qui a faim et couvre d'un habit celui qui est nu. Il ne prête pas avec intérêt et ne cherche pas à faire du profit. Il ne prend part à aucune injustice et juge conformément à la vérité entre deux hommes ».

    et Ezéchiel
      (22,12) : « Chez toi, on accepte des pots-de-vin pour verser le sang. Tu exiges un intérêt, tu cherches à faire du profit, tu dépouilles ton prochain, tu l'exploites, et moi, tu m'oublies, déclare le Seigneur, l'Eterne».  [x]

  •  Depuis -4000 les mésopotamiens utilisait l'or pour répondre aux fonctions que doit avoir une monnaie (unité de compte, réserve de valeur, instrument d'échange) mais les unités de comptes étaient enregistrées sur des tablettes d'argile.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

citation krishnamurti